Blogue

Transmettre sa flamme sans se brûler

Par: Pearson ERPI

01 février 2017

Au fil des ans, il est difficile de maintenir sa motivation et d’aimer son métier envers et contre tout. La tâche s’alourdit, les élèves et les programmes changent, vous devez donc changer vos façons de faire… encore (!), dans des conditions souvent extrêmes, en peu de temps! Comment y arriver? Voici quelques pistes.

Abordez un défi à la fois, gardez une vue d’ensemble, définissez et revoyez vos priorités. Éliminez ce qui n’est pas prioritaire et envisagez des solutions. «Peut-être qu’il n’est pas nécessaire de confectionner cette affiche pour le prochain cours… Je peux sûrement adapter ce cours de façon aussi efficace, mais plus simplement… Je pourrais demander à tel élève de m’aider. Je pourrais essayer l’activité que mon collègue a réussie l’an passé…»

Vous voulez prendre votre place? C’est tout à fait normal. Faites-le avec dynamisme, en vous gardant en forme et en étant souriant. Un enseignant impliqué dans tout, mais qui a l’air surmené, suscite de l’inquiétude au sein de son entourage. La stabilité a une grande importance pour les élèves. Prenez soin de vous, il vaut mieux entreprendre de petites choses et les réussir que de ratisser large et de rater la cible. On voit de plus en plus, à la fin de l’année scolaire, des enseignants à bout de souffle, qui reviennent en septembre encore fatigués… Prenez des moments, tout au long de l’année, pour revoir vos priorités. Afin de décrocher, établissez une scission entre votre vie à l’école et votre vie privée. De cette façon, vous ne vous laisserez pas envahir par des sentiments ravageurs. Vous faites de votre mieux, alors soyez fier de vous. Gardez un esprit positif, et la tête haute. Il existe toujours une issue, une solution.

PSSIT!

Accordez-vous du temps pendant la journée pour aller marcher, le midi par exemple, ou prendre quelques minutes pour boire un café dans votre classe, la porte fermée… Prenez le temps de respirer, de sourire et – encore mieux – de rire avec des collègues. Vous réussirez à planifier cet examen, à corriger toutes ces copies: il y a toujours une solution. Gravissez les marches une à la fois. Vous y arriverez, comme chaque année.

ESSAYEZ… ENCORE UNE FOIS!

Ça s’est mal passé, aujourd’hui. Les élèves sont impolis, indisciplinés et refusent de collaborer. Vous vous sentez dépassé, vous avez l’impression de perdre le contrôle de la classe, de travailler pour rien? Prenez du recul et dites-vous que le prochain cours sera peut-être – sûrement – différent. Essayez de commencer le cours suivant par une amorce, une activité qui saura les surprendre et susciter leur intérêt, modifiez l’espace, déplacez les pupitres. Créez une ambiance, utilisez un support visuel ou sonore, modifiez l’éclairage. Refaites la composition des équipes, choisissez un nouveau thème, recueillez les suggestions des élèves, apportez du matériel qu’ils pourront manipuler et mettez-les en action. Invitez un conférencier en classe, jumelez le groupe à un autre pour expérimenter le team teaching. Changez de lieu: allez à la bibliothèque, à l’auditorium, utilisez le gymnase, la cafétéria, la cour d’école. Bref, essayez quelque chose de nouveau, pour voir, et vérifiez s’il y a une progression, si les élèves embarquent et réagissent différemment.

Il existe toujours une solution. Il faut prendre du recul, se servir de son imagination et s’investir pour la trouver!

Extrait de Demain j’enseigne, Pearson ERPI, 2012.

Tags: 1er cycle, 2e cycle, 3e cycle, blogue, gestion de classe, inspiration, préscolaire

Produit ajouté au panier

Attention! Le produit que vous êtes sur le point d'acheter ne donne pas accès à la version numérique de l'ouvrage, mais uniquement aux exercices en ligne.

Cette transaction est une vente finale.