Blogue

Savons-nous vraiment modéliser les bons comportements?

Par: Pearson ERPI

27 septembre 2019

Presque tous les enseignants disent bien connaître la modélisation et la mettre en pratique . Mais est-ce bien le cas? 

Si on demandait à vos élèves d’expliquer la procédure à suivre lorsqu’ils doivent rentrer dans la classe ou se déplacer vers un atelier, pourraient-ils en donner les détails? Peut-être pas. Pourtant, ils sont fort probablement en mesure d’expliquer la procédure à suivre en cas d’incendie! Pourquoi? Parce que cette procédure a très bien été modélisée et qu’elle a été pratiquée dans ses moindres détails. 

Pour ce deuxième volet de notre série d’articles sur la gestion de classe, notre alliée Sophie Berthelet, enseignante d’expérience, auteure (Ces enfants trop chambardés dans le cœur, tomes 1 et 2) et conférencière engagée auprès des enfants en difficulté de comportement nous rafraîchit la mémoire et nous invite à jeter un regard nouveau sur la modélisation. Voici les trois points à retenir pour bien modéliser et adopter cette stratégie gagnante dès maintenant.

1-Modéliser: pourquoi? 

La réponse est courte et simple: pour favoriser la réussite! Selon Sophie Berthelet, les enseignants que nous sommes doivent être des adultes à la fois signifiants, cohérents, motivants, encadrants et réflexifs afin d’assurer des interventions éducatives réussies. La modélisation est liée à l’adulte cohérent(e). L’adulte cohérent(e) est une personne de parole qui s’engage à faire ce qu’elle dit. Elle agit à titre de capitaine ou de chef d’orchestre en montrant à ses élèves qu’elle est là pour prendre soin d’eux, qu’elle s’engage à assurer leur besoin de sécurité. Carol Tomlinson1 identifie le besoin de sécurité comme étant l’un des premiers besoins à combler pour favoriser l’engagement scolaire. Dans cette optique, l’adulte cohérent(e) établit des consignes et des procédures claires, concises et… modélisées! Les attentes comportementales sont ainsi enseignées de façon explicite, et les élèves peuvent mettre en pratique les comportements enseignés (lors d’activités dirigées ou de façon autonome), ce qui leur donne l’occasion de vivre des succès. Sans procédures, on porte inévitablement son attention sur les comportements qui ne fonctionnent pas. Lorsqu’on répond au besoin de sécurité des élèves en établissant des procédures claires, les enfants se retrouvent immédiatement en position de réussite.

2- Modéliser: comment?

Une bonne modélisation des procédures répond aux quatre questions suivantes: où, quand, quoi et finalement comment et pourquoi. Ces quatre questions constituent notre procédure. 

Les comportements attendus sont d’abord évoqués et les procédures à respecter pour y arriver sont définies avec les élèves, car l’adulte cohérent(e) montre de l’ouverture et donne une place active aux enfants. En évoquant les comportements attendus, on parle aussi des comportements proscrits en donnant des contre-exemples. On questionne toujours les enfants et on discute avec eux de la perte des privilèges lors du non-respect des procédures. Ensuite, c’est le moment de modéliser la démarche attendue par une démonstration guidée avec les élèves. Cette étape n’est pas anodine, elle est même gage de succès!

Prenons un exemple. Dans sa classe, Sophie a un petit lavabo et ses élèves peuvent aller remplir eux-mêmes leur verre pour boire. Il s’agit d’un privilège auquel ils tiennent énormément. Voyons comment Sophie a modélisé la procédure. Alors que le (au lavabo) et le quoi (se servir un verre d’eau) sont des étapes claires, attardons-nous sur le quand ainsi que sur le comment et pourquoi de cette procédure.

Modéliser le quand
À quel moment les élèves peuvent-ils boire de l’eau? Sophie et les élèves ont établi ensemble qu’ils peuvent utiliser le lavabo lors du retour des récréations et pendant les moments de travail individuel. Il est important de donner un sens, une signifiance à la procédure. Sophie explique qu’il est préférable de le faire à ces moments parce qu’ainsi, on ne dérange pas les autres. C’est pourquoi, par exemple, il est interdit d’y aller pendant un examen (le contre-exemple). 

Modéliser le comment et le pourquoi
On établit ensuite comment faire. Il est convenu d’aller au lavabo en marchant. Pourquoi en marchant? Encore une fois pour ne pas déranger les autres. En expliquant le sens de la procédure, le pourquoi, Sophie permet aux enfants de comprendre davantage. Comment ouvre-t-on le robinet? Quel verre prend-on? Tout est expliqué en détail, car les détails sont essentiels. Et c’est justement là où le bât blesse. Parfois, on a l’impression qu’il n’est pas nécessaire de tout expliquer en détail, et c’est pourtant en le faisant qu’on s’assure de la réussite de la modélisation. Sophie explique donc que pour bien réaliser la procédure, l’élève doit remplir doucement son verre, boire, vider l’excédent d’eau dans le lavabo et remettre le verre à l’envers sur la tablette. 

Il est important d’établir ensuite ce qui arrivera si l’élève ne respecte pas la procédure. Malheureusement, l’enfant devra alors faire face à une perte de privilège, car aller boire de l’eau est un privilège! Dans la classe de Sophie, un élève qui ne respecte pas la procédure se voit retirer son privilège pour une période déterminée, par exemple une semaine. Lors de cette période, des moments sont prévus (ex. : cinq minutes avant la récréation) pour que l’enfant pratique le comportement attendu avec Sophie. Cette dernière s’assure alors qu’il ou elle arrive à bien comprendre et à bien appliquer la procédure. 

N’oubliez pas que lors de la mise en place de nouvelles procédures, il est impératif de prévoir des périodes de pratique avec les enfants et, bien sûr, des démonstrations guidées. Ainsi, on évite l’argumentation et les fameux: «Ah, mais je ne le savais pas!». 

3- Modéliser: les impacts positifs

En modélisant les procédures avec les élèves, on indique aux enfants que leur capitaine fait bien partie de leur équipe, avec eux, et qu’ils se trouvent dans une zone sécurisée, favorable à leur apprentissage. Parce qu’on leur donne une place active et qu’on prend le temps de modéliser les procédures avec eux, les enfants se sentent impliqués. Ils comprennent aussi quelles sont les attentes quant aux comportements à adopter. On remarque que cet engagement comportemental et cette participation active mènent à une diminution des comportements problématiques, car l’enfant qui se sent en sécurité fonctionne invariablement mieux.

Puisque tout est clair et modélisé pour tous, les élèves comprennent très bien la raison derrière une perte de privilège. L’adulte cohérent(e) forme aussi une équipe avec l’enfant qui a perdu un privilège pour qu’il ou elle puisse réussir la procédure et regagner son privilège. Toutes ces actions maintiennent les élèves dans des zones de privilège, donc en situation de réussite! 

Imaginez qu’à la fin d’une journée de randonnée, vous deviez choisir entre deux guides pour traverser une rivière remplie de crocodiles. La guide 1 indique aux randonneurs de traverser la rivière en faisant de leur mieux, car elle sait qu’ils sont fatigués. Alors que vous commencez votre traversée, vous l’entendez dire : «Attention, ne marche pas là, mets ton pied plus à droite, marche plus lentement pour ne pas tomber… Attention, saute sur la roche brune, pas la grise…» Ouf! La guide 2, quant à elle, vous indique d’entamer la traversée en file indienne et de mettre le pied gauche sur la roche brune pour ensuite sauter sur la branche qui traverse la rivière et gagner l’autre rive sans danger. Avez-vous remarqué que la guide 2 a instauré un climat sécuritaire et porté son attention sur les bons comportements, favorisant ainsi la réussite de la traversée? La guide 1, avec son absence de procédure, a plutôt porté son attention sur les comportements négatifs. Et puis, quelle guide avez-vous envie de suivre?

Allez, guidez vos élèves avec bienveillance cette année. Et bonne traversée!

1. Auteure et conférencière reconnue pour son travail sur les techniques de différenciation en éducation

Tags: adulte cohérent, blogue, climat de classe, gestion de classe, modélisation, modéliser, procédures, Sophie Berthelet

Produit ajouté au panier