Blogue

Créer des liens avec ses élèves, la clé du succès?

Par: Pearson ERPI

05 février 2018

Enseigner, c’est entrer en relation. Enseigner, c’est convaincre. Enseigner, c’est partager une passion. Enseigner, c’est plus qu’une profession, c’est même au-delà de la vocation. Enseigner, c’est jongler avec toutes les aptitudes que requiert cette profession exigeante, y compris celle d’instaurer en classe un climat agréable. Un enseignant qui ne crée pas de relation avec ses élèves aura de la difficulté à interagir avec eux, à transmettre sa matière et, surtout, à avoir du plaisir – point important, compte tenu des longues heures passées dans cette salle! Tous les enseignants admettront ce principe de base: tant que le lien entre le groupe et l’enseignant n’est pas tissé, tant que la relation entre l’émetteur et le récepteur n’est pas personnalisée, le message sera diffusé, certes, entendu, peut-être, mais assimilé? Permettez-nous d’en douter.

Prenez le temps de connaître vos élèves. Questionnez-les sur leurs goûts, leurs intérêts, leurs objectifs et, pourquoi pas, sur leur rêve! Accueillez-les avant le début de la période et saluez-les à la fin, comme vous le feriez avec des gens qui viendraient en visite chez vous. En début d’année, prévoyez des activités brise-glace et commencez vos cours par une amorce qui vous permettra de vérifier leurs connaissances sur le sujet, de piquer leur curiosité et de capter leur attention. Ces courts moments sont précieux et tissent lentement une relation agréable avec les élèves. Les apprivoiser demande du temps et un intérêt réel de votre part. N’essayez pas de feindre l’enthousiasme, ils vous démasqueraient rapidement! Prenez le temps de les écouter, de les observer. En créant une dynamique de groupe empreinte d’ouverture et d’interactions, il vous sera plus facile de multiplier les apprentissages et de voir vos élèves se réaliser.

PSITT!
Ces moments utilisés à tisser des liens sont importants, mais ils ne doivent pas durer toute la période. Vous risquez alors de rater la cible et de tomber dans l’autre extrême: «Avec lui, on ne fait rien, on parle, c’est tout!» Il faut savoir doser, prendre le temps de connaître ses élèves tout en fixant ses balises, créer un équilibre entre la rigueur et le plaisir.

Extrait de Demain j’enseigne, Pearson ERPI, 2012.

Tags: 1er cycle, 2e cycle, 3e cycle, blogue, gestion de classe, primaire, sentiment d'appartenance

Produit ajouté au panier